Nous oublions bien trop souvent la base de tout jardin, le sol, qui lui permet de s’ériger et de se développer. En effet, votre jardin est dépendant de la qualité du sol sur lequel il se trouve.

Critère primordial pour l’aménagement paysager trop souvent inconnu, nous vous proposons de vous renseigner avec l’article suivant !

Source : Shutterstock.com

Il nous est apparu nécessaire de vous sensibiliser quant au fonctionnement d’un sol qualitatif suite au projet VIA,  situé à Cologny et à nos premières constatations dans ce jardin existant lors de la phase de conception.

Nous ne pouvions pas envisager de recomposer les espaces verts en surface sans nous intéresser au fonctionnement du sol qui déjà, montrait certains signes de faiblesse, notamment un gazon qui n’arrivait pas à pousser uniformément, des engorgements récurrents à cause d’une terre trop argileuse… En effet, dès les premiers relevés sur place, le sol nous est apparu comme étant gorgé d’eau.

Source : Mint Gardens, photographies du jardin existant de VIA, avril 2021

Suite à ces constatations nous avons mandaté le bureau d’ingénieurs Sols Vivants, basé à Chêne-Bougeries et spécialisé dans le diagnostic terrain de la fertilité des sols.

Ce bureau a alors effectué un diagnostic de fertilité grâce à six prélèvements de profils de sol qu’il a restitué sous forme de rapport d’expertise, pour le compléter ensuite par ses préconisations.

Source : Sols Vivants, Sondages projet VIA, Cologny, avril 2021

Ont été analysés une série de paramètres physiques (texture, structure, zones de compaction et engorgement, …) chimiques (pH, teneurs en macronutriments, calcaire actif, …) et biologiques (taux de matière organique, densité et état de santé racinaire, …). Ainsi, ces échantillons ont révélé un niveau de dégradation avancée du sol avec une conductivité électrique en-deçà des valeurs recommandées ainsi que des quantités d’azote, de phosphore et de potassium en-dessous des valeurs recommandées. Ces valeurs anormales pourraient être expliquées par le fait que ce jardin possède une faible épaisseur de terre végétale et que celle-ci a été mélangée avec des couches inférieures de terre moins fertiles et plus imperméables avec une forte concentration d’argile. La fertilisation proposée et mise en œuvre jusqu’alors par les différents jardiniers ne pouvait suffire à reconstituer un sol de qualité.

Il a alors été nécessaire d’envisager une revitalisation du sol en restaurant sa capacité à respirer, sans laquelle ni plantes ni organismes bénéfiques ne peuvent prospérer. Pour ce faire, Benoît Loup et Xavier Dupla, les deux ingénieurs agronomes de Sols vivants ont donc établi une liste d’actions à mener dans un premier temps, pour permettre à l’eau de s’infiltrer de nouveau :

▪ La décompaction mécanique,

▪ Le drainage à 40cm de profondeur,

▪ L’apport de compost et d’engrais et bio-stimulation,

▪ Les fentes de suintement et micro-fentes de suintement perpendiculaires.

Source : Mint Gardens, Axonométrie, juillet 2021

Une fois les travaux de remaniement du sol effectués en automne, nous allons en profiter pour mettre en œuvre les prescriptions de Sols Vivants. Cette étape peut sembler un peu lourde, mais elle permettra au futur jardin de s’épanouir correctement d’ici les prochaines dizaines d’années.

A noter que cette situation est particulière et que tous les jardins ne nécessitent pas une telle intervention de cette envergure. Parfois, un apport de sable ou une bio-stimulation peuvent suffire ! Alors, si vous avez des difficultés à faire pousser des plantes pourtant adaptées à la région et à la situation de votre jardin, si votre gazon pousse mal ou si vous constatez que les vers de terre se font rares ; l’explication peut peut-être venir d’un dysfonctionnement de la base : à savoir votre sol.

Source : Office Fédéral de l’Agriculture OFAG

J’espère que cet article vous aura intéressé et sensibilisé quant à l’importance du sol d’un jardin !

Marion Festal, Fondatrice de Mint Gardens